Jotchi khan

1182-1227
Le fils aîné de Gengis Khan et Börte, de la tribu Khongirad
Il a été enterré dans le mausolée Jochi, dans les montagnes Ulytau.

Jotchi. Le fils aîné de Gengis Khan et Börte, de la tribu Khongirad. Jotchi est né en 1182 ou 1184. En 1206, Jotchi a reçu un ulus en héritage de son père Gengis Khan. En 1207, sur ordre de son père, il entreprit une campagne contre les peuples des forêts de Sibérie. Parmi les peuples assujettis se trouvèrent les Kirghiz de Yenisseï et les Oïrates.

En 1213, Jotchi participa aux campagnes de son père dans le nord de la Chine contre la dynastie Jin. Jotchi, avec ses deux frères, dirigea l'un des trois groupes d’armée.

Jotchi et son armée commencèrent des opérations militaires au sud de la crête de Taihan, au nord de la rive du fleuve Jaune. Des provinces et des villes telles que Luan, Huaqing, Pingyang, Fenzhou et Taiyuan furent dévastées. Dans cette croisade, Jotchi se montra comme un commandant talentueux.

En 1217, les Kirghiz de Yenisseï se révoltèrent. Jotchi s’est opposé à eux et les a vaincus en 1218.

En 1219-1221, Jotchi participa à la conquête de l'Asie centrale. Après la fin de la guerre avec Mouhammad Khorezmchah en 1221, le fils aîné de Gengis Khan Jotchi s'opposa contre les Kypchaks. En 1223, Jotchi conquit complètement les Kypchaks de l'Est. Selon certains rapports, Jotchi a même participé à la bataille de Kalka, où les troupes sous la direction de Jebe et Subedeï ont vaincu l'armée unie russo-kypchaque. La majeure partie du Kazakhstan dans les années 1220 devient une partie d'Ulus de Jotchi. Le siège même de Jotchi fut situé à Semirechye. Après la conquête du Kazakhstan, Jotchi a commencé à vivre paisiblement. L'historien musulman-indien Juzjani a écrit que lorsque Jotchi "a vu l'air et l'eau de la terre des Kypchaks, il a constaté qu’il ne pourra trouver nulle part dans le monde entier, de terre plus agréable, de l'air plus pur, de l'eau plus douce, des prairies et des pâturages plus larges qu’ici." Par ordre de Gengis Khan, le territoire de Desht-i-Kipchak a été officiellement attribué à Jotchi et à ses descendants. En outre, Gengis Khan a chargé Jotchi et ses enfants de conquérir des principautés russes, le reste des Kypchaks, le Bulgare, le Caucase et d'autres terres jusqu'à la «dernière mer».

Juzjani a écrit que Jotchi, observant les actions de l'armée, a déclaré un jour que son père était "téméraire à l'égard des terres et des gens".

Bien sûr, il y avait des «gens gentils» qui ont rapporté ces mots à Gengis Khan. A la fin de 1225, Gengis Khan est tombé malade et a appelé ses fils. Jotchi a répondu qu'il était également très malade, mais l'un des témoins oculaires a déclaré que Jotchi n'était pas malade, qu'il se sentait bien et qu'il était à la chasse au Kazakhstan central. En conséquence, le fait que Jotchi ait menti à son père et ne soit pas venu au conseil a irrité encore plus Gengis Khan. Au tout début de 1227, Jotchi meurt. Il a été enterré dans le mausolée Jotchi, situé au centre du Kazakhstan dans la région de Karaganda, à 50 kilomètres au nord-est de la ville de Jezkazgan dans les montagnes d’Ulytau.

Les Kazakhs ont conservé une légende sur Jotchi, appelée Aksak-kulan (boiteux kulan-hémione). Les premières versions de la légende ont été enregistrées par les ancêtres des Kazakhs au XVe siècle. Selon une légende moderne, enregistrée au XXe siècle, Jotchi chassait les kulans sauvages. Il s’est trop emporté et s’est éclipsé de ses compagnons. Jotchi a tué de nombreux kulans et l'un des kulans, qui était boiteux, a soudainement attaqué Jotchi, qui était à cheval. Jotchi qui ne s'y attendait pas s'est envolé de son cheval, s’est cassé son cou et meurt. La plupart de ses proches avaient peur de parler à Gengis Khan de la mort de son fils. Gengis Khan a commencé à sentir que quelque chose n'allait pas et a menacé qu’il remplirait la gorge de plomb de celui qui annoncera les mauvaises nouvelles concernant son fils. De tous ses proches, un seul homme, nommé Ketbuka, a eu le courage. Ketbuka portait le surnom Ouly jyrchy (le grand interprète de zhyrs - poème). Ce Ketbuka était un homme âgé en 1227 et venait du clan Naïman. Selon le chejire (généalogie) kazakh, Ketbuka était l'ancêtre d'une partie du clan naïman des kazakhs modernes.

Ketbuka qui ne voulait pas mourir a décidé d’user la ruse et de raconter la mort de Jotchi de manière indirecte. Il a fabriqué une dombra et est venu à une audience avec Gengis Khan. Sans rien dire au khan, Ketbuka se mit à jouer une mélodie très triste sur la dombra, le kuï. Dans celui-ci, il a essayé d'exprimer tous les événements qui sont arrivés à Jotchi. Quand Ketbuka a fini de jouer, tout le monde a compris l’histoire. Gengis Khan a aussi tout compris. Après un long silence, Gengis Khan, selon la légende, a déclaré ce qui suit: «Tu m'as apporté une triste nouvelle sur la mort de mon fils. J'ai tout compris, en écoutant ta dombra. Tu mérites la mort pour tes annonces cruelles, mais puisque tu n’as prononcé  aucun  mot, ta dombra sera punie. Remplissez sa gorge de plomb! » Depuis, la dombra a un trou. Kuï Aksak-kulan a survécu jusqu'à ce jour et tout le monde peut écouter son enregistrement. En 1968, un dessin animé basé sur cette légende est sorti dans le studio de « Kazakhfilm ».