Batu khan

1205 ou 1206 - 1255
Batu était le deuxième fils de Jotchi avec sa femme Uki-fujin du clan Khongirad.

Batu était le deuxième fils de Jotchi avec sa femme Uki-fujin du clan Khongirad. Selon une version, il serait né en 1205-1206, une autre version dit qu’il est né en 1209. Le début de la vie de Batu est presque inconnu. En 1227, après la mort de son père Jotchi, Batu, avec son frère Orda-Ejen, devint co-dirigeants de l'Ulus de Jotchi. Batu a reçu la partie occidentale d’Ulus de Jotchi. Certains des Turkmènes, plus tard appelés Turkmènes de Sainkhani, étaient également subordonnés à Batu. En 1229, Ogedeï envoya 30 000 soldats, dirigés par Kokochai et Subedeï, à l’Ulus de Jotchi. L’objectif du départ de ces troupes était d'étendre les frontières de l'empire de Gengis Khan. Mais aucune acquisition territoriale significative n'a été réalisée.

Batu, avec ses frères et ses cousins a participé à la conquête d’«Ouest» en 1236-1242. Le principal objectif de cette campagne était la mise en œuvre du "testament de Gengis Khan" sur la conquête de la partie occidentale de la steppe eurasienne et la subordination des États d'Europe de l'Est.

En 1235, Ogedeï envoya encore 30-35 000 personnes en renfort au détachement de Subedeï et Burultai, qui comptait déjà 30 000 de soldats. En conséquence, une armée de 60-65 000 soldats sous la direction de Subedeï, Batu et Burultai est parti pour conquérir les Kipchaks et l'Europe de l'Est.

Au début, la partie occidentale de Desht-i Kipchak, la Bulgarie de la Volga, les peuples de la Volga et du Caucase septentrional ont été conquis.

Batu a coordonné des croisades contre les principautés russes. En 1237-1238, Batu a effectué des croisades aux principautés de Riazan et de Vladimir. Après le premier raid sur les principautés russes, les troupes de Batu retournèrent dans les steppes, où ils ont conquis les groupes séparés de Kipchaks, ainsi que les possessions du Caucase du Nord. A la suite de la prise de Magas (la capitale des Alains du Caucase), lors d’une fête Batu a eu une altercation avec ses cousins Guyuk (fils d'Ogedeï) et Buri (fils de Djaghataï).

Suite à cet incident, les troupes de Batu ont pris Kiev et sont partis encore plus loin pour conquérir l’Europe de l'Est. Des corps mongols envahirent la Pologne, la Silésie et la Moravie. L'armée de Batu tenta de conquérir l’Hongrie. Le roi hongrois Bela IV fut écrasé lors d’une une bataille avec l’armée de Batu sur la rivière Chayo (11 avril 1241). Après cette bataille, les troupes mongoles saccagèrent l’Hongrie, la Croatie, la Dalmatie, la Bosnie, la Serbie et la Bulgarie.

La campagne militaire des Gengisides pour envahir l'Europe de l'Est se fut terminée au début de 1242 à la suite de la mort du grand Khan Ogedeï. L'héritier le plus probable était Guyuk, qui se trouva en mauvaise relation avec Batu. En conséquence, Batu décida de ne pas supprimer les Kipchaks, au contraire de les impliquer dans son armée, afin de la renforcer pour un éventuel conflit avec Guyuk. De nombreux Kypchaks commencèrent à retourner dans leurs steppes natales. Plano Karpini, qui a écrit sur le destin difficile des Kypchaks, a noté que « une bonne partie de ceux qui s’étaient enfuis sont revenus vers eux (les Mongols) ».

Batu mit sa main sur de vastes territoires d'Europe de l'Est et de nombreux peuples locaux devinrent ses affluents. En craignant d’un affrontement militaire avec Guyuk et aussi pour le côté pratique, Batu décida d’installer le centre de son Ulus sur les rives de la Volga, où commença la construction d'une nouvelle ville, nommée Saraï. Batu réforma la structure administrative et territoriale d’Ulus de Jotchi. La plupart des chercheurs notent qu'après la croisade occidentale, Batu a apporté un certain nombre de changements dans la structure administrative et territoriale d’Ulus de Jotchi, relatives à des acquisitions territoriales, obtenues à la suite de conquêtes pendant la Croisade occidentale.

La mort soudaine de Guyuk a sauvé l'empire de Gengis Khan d'une possible guerre civile. Après la mort de Guyuk, l'autorité de Batu s’agrandit et il monta au trône son cousin et aussi son ami Mengü.

Malgré sa subordination formelle aux khans suprêmes mongols, Batu, qui ne portait pas le titre de khan, était en réalité un dirigeant complètement indépendant de son Ulus et influençait fortement les ulus voisins. Après la mort de Batu en 1255 et de son fils, Ulus de Jotchi en fait devint entièrement dépendant du centre de l'Empire mongol. Le titre posthume de Batu était Saïn Khan.