Mengü-Timour khan

1266-1282
Petit-fils de Batu Khan, fils de Tukan Khan

Mengü-Timour était le fils de Toukan, qui est le fils de Batu. Il n'y a pas d'informations fiables sur l'enfance de Mengü-Timour. Lorsque Berke est arrivé au pouvoir, il a nommé Mengü-Timour comme son héritier. Après la mort de Berke, Mengü-Timour Khan devint dirigeant d'Ulus de Jotchi .

En montant sur le trône Mengü-Timour prit le titre de khan (avant lui, les dirigeants d'Ulus de Jotchi  ne portaient pas ce titre) et commença à donner des jarlyks (ordres) et à estamper de manière indépendante des pièces en son propre nom, ce qui était un signe du dirigeant d'un État indépendant. Avant lui, les pièces portant le nom du khan n'étaient pas estampées dans la Horde d'Or. Depuis le début de son règne, le nouveau titre du souverain de la Horde d'Or "le plus haut khan" et le tamga (sceau) du clan Batu (tamga nommé Bossaga (chambranle)) fut incrustés sur les pièces Jotchides, en confirmant ainsi son indépendance.

Juste après son accession au  trône, Mengü-Timour nomma deux gouverneurs. Il nomma son cousin Ouran-Timour (fils de Touka-Timour) dirigeant de la Crimée et son autre cousin Bahadur (fils de Chaïban) fut nommé dirigeant d’ulus Chaïban dans la région de la mer d'Aral. Mengü-Timour immédiatement après son accession, se lança dans une campagne contre les rebelles. Sous Mengü-Timour, le pouvoir se renforça sur tout le territoire d’Ulus de Jotchi. Cela a donné une grande impulsion à l'économie de la Horde d'Or pour s’accroître. Le commerce international s'est fortement développé, de nouvelles villes ont commencé à apparaître et les anciennes ont été restaurées, des comptoirs commerciaux génois sont apparus en Crimée.

En 1267, Mengü-Timour fut le premier des khans de la Horde d'Or à donner l’ordre au clergé russe, libérant le métropolite russe d'un certain nombre d'impôts et de droits. Mengü-Timour a également donné un autre ordre aux marchands génois qui ont fondé le comptoir de Kaffa en 1266. En 1267, Mengü-Timour a envoyé son ambassadeur en Égypte à Beïbars, Sultan des mamelouk. Depuis 1268, les relations diplomatiques entre Ulus de Jotchi et l'Egypte se sont renforcées.

Depuis 1267, Mengü-Timour a fait un certain nombre d'efforts pour régler les différends territoriaux avec ses voisins, en particulier avec les Djaghataïdes. Mengü-Timour a commencé à faire pression sur Barak Khan, dirigeant d’Ulus de Djaghataï. Pour cela, il a envoyé des renforts sous la forme de 50 000 soldats, dirigés par Berkechar, le fils aîné de Jotchi à ce moment, en vue d’aider son cousin Kutuku (fils d’Orda-Ejen) et son allié Qaïdu. Ainsi, Berkechar conclut un accord de paix avec le dirigeant d’Ulus Djaghataï dans la vallée de la rivière Talas. En 1269, à la suite du Qurultay de Talas, il a été décidé d'attaquer l'Ilkhan de deux côtés :'une part, les troupes de Mengü-Timour et de l'autre, les troupes de Djaghataïd et Barak. Barak a perdu et Mengü-Timour a vaincu.

Dans l'accord de 1269 au Qurultay de Talas, les dirigeants des trois ulus jurèrent que leurs tributaires nomades ne ruineront pas les villes et les agglomérations sédentaires, qu’était le cas auparavant.

Après le Qurultay de Talas de 1269, l'Ulus de Jotchi fut officiellement reconnu comme État indépendant par ses anciens ulus «fraternels». Après l’obtention de son indépendance en 1269, une croissance économique commença dans Ulus de Jotchi.

Mengü-Timour dans les années 1270 a même reconnu la légalité des revendications des sultans mamelouks d'Égypte relatives à la possession des Ilkhans.

Après les croisades à l’extérieure, Mengü-Timour a commencé à renforcer la structure étatique interne.

En 1271, 1277, 1278, les troupes de la Horde d'Or se lancèrent en conquêtes en Bulgarie.

En 1275, Mengü-Timour procéda à un recensement de la population d’Ulus de Jotchi , afin de clarifier les indicateurs quantitatifs des impôts venant des territoires vassaux et subordonnés, y compris les principautés russes.

En hiver 1277, Mengü-Timour a convoqué des troupes russes et est parti à la conquête des Alains et des Circassiens qui vivaient dans les montagnes du Caucase. Le temps du règne de Mengü-Timour peut être désigné comme le moment de l'émergence d'Ulus de Jotchi (Horde d'or) en tant qu'État indépendant. Dans les manuscrits de la plupart des auteurs, Mengü-Timour meurt en 681 de l’Hégire (11.04.1282-31.03.1283), ce qui est confirmé par des documents numismatiques, qui montrent que la dernière année de frappe de ses pièces était l’année 681 d’Hégire. Mengü-Timour meurt d'un abcès à la gorge.