Janibek khan

1342-1357
Janibek était le fils d’Uzbek Khan.

Janibek était le fils d’Uzbek Khan.

Après la mort d'Uzbek Khan, son fils aîné Tynybek régna pendant une courte période et fut tué par son demi-frère Janibek. Le nom musulman de Janibek est Jalal ad-Din Abou Mouzaffar Makhmoud. Sous Janibek, la tendance établie par Uzbek Khan, visant à renforcer le potentiel intellectuel, s'est poursuivie. De nombreuses personnes instruites sont venues à la Horde d’Or. A cette époque, il y avait une fuite des cerveaux du monde musulman vers Ulus de Jotchi. Janibek Khan (1342-1357), le fils d'Uzbek Khan, poursuivit la politique de son père, renforça le pouvoir central du Khan. Janibek est connu dans le folklore kazakh comme Az-Janibek (le sage Janibek), pendant le règne duquel l'économie et la culture ont prospéré dans la Horde d'Or. Az-Janibek apparaît dans de nombreux contes de fées, légendes, épopées et chansons comme un sage dirigeant de l'époque d'or de l'État kazakh. En même temps, Janibek est caractérisé dans les chroniques russes en tant que «  gentil tsar », car contrairement à son  père, sous Janibek, il n'y a eu aucune invasion du territoire des principautés russes.

Janibek mena sa propre réforme monétaire en lançant en circulation un grand nombre de pièces de cuivre, qui a changé le cours des pièces d'argent par rapport aux pièces de cuivre, en raison du manque d'argent. Sur les pièces, au lieu des anciens tamgas, ont été estampées les images d'un aigle à deux têtes et de fleurs. La politique étrangère de la Horde d'Or à l'époque de Janibek n'a pas changé de manière significative. Les relations diplomatiques avec les dirigeants égyptiens se sont développées, quoiqu’elles étaient moins intensives qu'auparavant, en raison des guerres civiles en Égypte.

En 1343, à la suite d'une bagarre, un marchand italien a tué un marchand de la Horde d'Or à Azov. Janibek,en colère, a rentré ses troupes dans la ville, où de nombreux citoyens européens ont été dérobés et un certain nombre d’Européens ont également été tués. À la suite du conflit, les marchands européens ont perdu plus d'un demi-million de florins d'or. Janibek a expulsé les marchands italiens de Tana pendant cinq ans. Les prix des produits orientaux et des céréales, qui entraient en Europe par le territoire de la Horde d'Or, ont augmenté. En 1343-1344, les Vénitiens réfléchissaient toujours sur l’extradition du marchand responsable de l'incident. En 1344, les Vénitiens ont décidé de refuser l’extradition de leur marchand, alors Janibek a encerclé Kaffa. Il ne pouvait pas prendre la ville fortifiée et un an plus tard il revient pour l’assaillir. Le khan qui n’a pas pu envahir la ville a décidé d'utiliser des «armes biologiques». Il a jeté à l'aide d'une catapulte le corps d'un homme mort de la peste bubonique par-dessus du mur de la forteresse. Dans la condition de chaleur et les pénuries alimentaires, causées par l’encerclement de la ville, une épidémie de peste a éclaté à Kaffa. De nombreux assiégés, qui ont été effrayé par la maladie, ont fui vers Venise et Gênes, en y apportant ainsi la peste. Selon certains rapports, en 1348-1349, jusqu'à 60% de la population européenne a été anéantie par l'épidémie de peste qui a commencé à Kaffa. Après 1345 et l’assaut de Kaffa, Janibek a interdit aux marchands italiens de faire du commerce sur le territoire de la Horde d'Or, en revanche en 1347, il leur a permis de faire du commerce à Azov, augmentant la taxe de 3 à 5%. A cette époque, de longues guerres civiles se poursuivaient sur le territoire des Ilkhans. En 1356, un khan marionnette de Malik Achraf du clan Sulduz est décedé. Janibek, profitant de la situation, se lance dans une campagne contre l'Iran et l'Azerbaïdjan en 1356. Il a conquis la ville de Tabriz. Il a désigné son fils Berdibeg gouverneur et a laissé l'émir Akhidjuk pour l’assiter. Lors de son retour dans sa capitale, Janibek est tombé malade. C’était comme si Janibek vivait ses derniers jours. Toglubay du clan Kanly a envoyé à Berdibeg la nouvelle sur l’état de santé de Janibek qui mourait. Il a conseillé à Berdibeg de retourner immédiatement dans la capitale s’il veut devenir khan. Lorsque Berdibeg retourna à Saraï al Jedid, Janibek était déjà sur le point de se guérir. Janibek s’était inquiété par le retour rapide et non autorisé de Berdibeg, mais Taidoulla l’a calmé. Toglubay et Berdibeg, inquiets de la réaction de Janibek (Berdibeg aurait pu être puni pour son retour volontaire de Tabriz), ont décidé d'agir. Ils se sont infiltrés dans la chambre de Janibek et ont étranglé le khan en convalescence. Arrivé au pouvoir, Berdibeg a résolu radicalement les problèmes de rivaux et de prétendants au trône, en se soumettant aux insinuations de Toglubai. Tous les frères et sœurs de Berdibeg, ainsi que de nombreux proches ont été assassinés. Taydoulla a essayé de sauver le fils de Janibek qui venait de naître, mais Berdibeg l'a tué aussi. Akhidjuk, laissé au poste de gouverneur de Tabriz, a d'abord déclaré son indépendance, mais il a aussitôt été tué dans la lutte avec d'autres dirigeants iraniens. Berdibeg meurt en 1359. Sa mort a marqué le début de la « Grande Trouble » et deux décennies de la guerre civile.